nullement


nullement

nullement [ nylmɑ̃ ] adv.
• 1180; de nul
Pas du tout, en aucune façon. aucunement, 2. point. Cela ne me gêne nullement. Il n'était nullement jaloux. (Avec une négation s.-ent.) Audacieux, mais nullement brave. Cela vous déplaît-il ? Nullement (cf. Pas le moins du monde). (Avec sans) Il attendait, sans nullement s'impatienter. ⊗ CONTR. Certainement.

nullement adverbe Avec la négation ne, en aucune manière ; pas du tout : Il ne semblait nullement impressionné. Sans ne, dans une réponse : Le croyez-vous innocent ? — Nullement.nullement (difficultés) adverbe Construction Nullement (= pas, point, aucunement) se construit avec ne ou sans : il n'est nullement responsable ; elle a continué sans nullement se décourager. Il peut également être employé devant un adjectif à la place de non, pas : nullement effrayé, il continua ; il est courageux, mais nullement téméraire. Registre Nullement relève de l'expression soignée. Dans le registre courant, on dit plutôt pas du tout. ● nullement (synonymes) adverbe Avec la négation ne, en aucune manière ; pas du tout
Synonymes :
- pas du tout

nullement
adv. En aucune façon, pas du tout. Il n'est nullement déçu.

⇒NULLEMENT, adv.
[Correspond à nul I A] Pas du tout, en aucune façon. Synon. aucunement.
A. —[Employé en corrélation avec ne, avec un verbe à un temps personnel ou non] Je n'avais nullement l'intention de vous refuser ce que je vous jure que je voulais vous accorder (STAËL, Lettres jeun., 1790, p.341). Ma maison nullement n'est celle qu'il te convient de hanter (CLAUDEL, Euménides, 1920, I, p.955):
1. ... je découvris avec une satisfaction de zoologiste, dans le méplat de ses joues, la construction de celles de son jeune neveu Léonor de Cambremer, qui pourtant avait l'air de ne lui ressembler nullement...
PROUST, Temps. retr., 1922, p.944.
B. —[Employé en corrélation avec sans suivi d'un verbe à l'inf.] Elles [les peintures] choquent sans nullement satisfaire à la vérité (GIDE, Journal, 1931, p.1087). Mademoiselle Dandillot (...) sans nullement le suivre des yeux jusqu'à ce qu'il eût disparu (...) pressa le bouton de la porte cochère (MONTHERL., J. filles, 1936, p.1044):
2. Je l'ai vu lire, à Sainte-Hélène, dix ou douze heures de suite, des sujets abstraits, sans en paraître nullement fatigué.
LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.225.
C. —[En tournure ell., modifiant un groupe nom., un adj. ou un groupe adv. coordonné (par et ou mais) ou juxtaposé à un membre de phrase de même nature syntaxique]
1. [Avec un groupe nom.] Le bord, nullement la paupière (un tel éclat s'obtient et s'obtient seulement si l'on ne passe avec soin le crayon que sous la paupière...) (BRETON, Nadja, 1928, p.58). Ce que j'affirme c'est qu'Erlane (...) m'a donné l'impression, pendant les trois mois où je l'ai eu sous mes ordres, d'un soldat poltron et paresseux mais nullement d'un malade ou d'un anormal (VERCEL, Cap.Conan, 1934, p.213).
2. [Avec un adj. ou un groupe adv.] Ce sont des génisses auxquelles (...) j'ai fait subir une opération très-simple et nullement dangereuse (CRÈVECOEUR, Voyage, t.1, 1801, p.265). Cette réponse est très bonne pour Locke, mais Locke seul, et nullement pour l'Angleterre (COUSIN, Hist.philos. XVIIIe s., t.1, 1829, p.43). Mon père Chérubin Beyle (...) m'aimait comme le soutien de son nom mais nullement comme fils (STENDHAL, H. Brulard, t.1, 1836, p.97):
3. Le mécanicien (...) ramena ses deux mains sur sa poitrine, d'un geste bizarre et inattendu, nullement militaire, comme s'il battait sa coulpe...
MILLE, Barnavaux, 1908, p.74.
D. —[Employé isolément comme réponse (négative)] —Les révoltés faiblissent-ils? —Nullement, monsieur (GOZLAN, Notaire, 1836, p.253). —Artus était-il à l'agonie? demanda-t-elle. —Nullement: il va fort bien (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p.135):
4. —Vous ne souffrez pas? —Nullement. Cracher me fatigue. Christiane avait en effet remarqué que sa toux remuait une sorte de colle graillonnante dans sa poitrine encombrée.
MALÈGUE, Augustin, t.2, 1933, p.505.
Prononc. et Orth.:[]. Att.ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1280 «en aucune façon» (GIRARD D'AMIENS, Escanor, 16590 ds T.-L.); 1586 dr. «d'une manière non valable» (PASQUIER, Lettres, XII, I ds HUG.); 1836 «non (dans une réponse négative)» (GOZLAN, loc. cit.). Dér. de nul; suff. -ment2. Fréq. abs. littér.:2555. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2995, b) 4199; XXe s.: a) 2904, b) 4313. Bbg. BASTIN (J.). Pas, point, guère, nullement, etc. In: B. (J.). Glanures gramm. Namur, 1893, pp.140-145. —GAATONE (D.). Ét.descr. du syst.de la négation en fr. contemp. Genève, 1971, pp. 155-156. —VIKNER (C.). Les Auxiliaires négatifs. R. rom. 1978, t.13, n° 1,pp.88-109.

nullement [nylmɑ̃] adv.
ÉTYM. 1180; de nul.
Vieux ou littéraire.
1 (Employé avec ne). Pas du tout, en aucune façon. Aucunement, point (→ Pas le moins du monde). || Ne vous pressez nullement (→ Appeler, cit. 1). || Cela ne me gêne nullement. || Ils n'étaient nullement du pays (→ Matériel, cit. 13). || Je ne m'étais nullement trompé (→ Figure, cit. 12). || Il n'en est nullement question. || Il n'était nullement jaloux (→ Familiarité, cit. 11). || Dans ce passage, Bossuet n'est nullement orateur (→ Captiver, cit. 8).
1 Les gens en parleront, n'en doutez nullement.
La Fontaine, Fables, III, 1.
2 Il y a un envieux des richesses, qui n'est nullement l'avare, et un envieux d'amour, qui n'est nullement l'amoureux.
Alain, les Aventures du cœur, p. 82.
2 Pas du tout.(Devant un adj.). || Faveur nullement briguée (→ Inconnu, cit. 11). || Forme nullement négligeable. || Audacieux (cit. 3), mais nullement brave.(Devant un nom). || Nullement citoyens, exclus des fonctions (cit. 7) civiles.Il était connu, mais nullement comme musicien (→ Faiseur, cit. 1). || Cela vous déplaît-il ? Nullement (→ Notre, cit. 15).(Avec sans). || Il attendait, sans nullement s'impatienter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • nullement — Nullement. adv. En nulle maniere. Je ne le souffriray nullement. je ne le veux nullement. il n est nullement instruit de cette affaire, nullement capable. on dit que vous voulez telle chose, nullement. luy cederez vous vos droits? nullement …   Dictionnaire de l'Académie française

  • nullement — Nullement, Haudquaquam, Nequaquam, Minime, Neutiquam. Nullo modo, Nullo pacto, Nihilminus, Minime gentium. Je ne le veux nullement, Minime volo. Je ne puis nullement me taire, Prorsus tacere non queo. Nullement du monde je ne m y accorde, Nullo… …   Thresor de la langue françoyse

  • nullement — (nu le man) adv. De nulle manière. Je ne le souffrirai nullement. Il n est nullement instruit de cette affaire. •   Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement : Le monde en parlera, n en doutez nullement, LAFONT. Fabl. III, 1. REMARQUE    Quand… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • NULLEMENT — adv. En aucune manière. Je ne le souffrirai nullement. Je ne le veux nullement. Je ne suis nullement instruit de cette affaire. Il n est nullement capable de ce dont on l a chargé. Voulez vous telle chose ? Nullement. Lui céderez vous vos… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • NULLEMENT — adv. En aucune manière. Je ne suis nullement instruit de cette affaire. Il n’est nullement capable de ce dont on l’a chargé Voulez vous telle chose? Nullement. Lui céderez vous vos droits? Nullement. Il n’est nullement question de cela. Je ne lui …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • nullement — adv. pâ du to <pas du tout> (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Ce qui doit advenir, on ne puet nullement… — См. Чему быть, того не миновать …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • rien — [ rjɛ̃ ] pron. indéf., n. m. et adv. • 1050 n. f. « chose » encore au XVIe; 980 ren non « nulle chose »; du lat. rem, accus. de res « chose » → réel REM. Rien (objet direct) se place normalement devant le p. p. des v. aux temps comp. et devant l… …   Encyclopédie Universelle

  • aucunement — [ okynmɑ̃ ] adv. • XIIIe; alcunement XIIe; de aucun ♦ En aucune façon, en rien. Accompagné de ne ou de sans ⇒ nullement, 2. pas. « Je ne crains guère de choses et ne crains aucunement la mort » (La Rochefoucauld). Ellipt avec une n …   Encyclopédie Universelle

  • SOCIALISME - Mouvement communiste et question nationale — C’est en Europe centrale que le problème national s’est posé avec le plus d’acuité au mouvement ouvrier et marxiste au XIXe et au début du XXe siècle. S’il est au centre des débats à l’issue de la révolution de 1905, qui fut le théâtre privilégié …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.